AMÉLIORER LA RÉSILIENCE FOURRAGÈRE SUR L’EXPLOITATION

Face aux sécheresses, il est envisageable de réagir de manière anticipative ou réactive. Selon la sévérité du phénomène, les dispositions pourraient s’avérer insuffisantes et des mesures supplémentaires être prises. Pour ces raisons et celles inhérentes aux caractéristiques propres à chaque exploitation et à son contexte de contraintes, il est impossible de présenter un schéma de solutions universel. 

Nous préférons amener des éléments d’adaptations que chacun appréciera en fonction de son cas. 

Dans les systèmes d’élevage, les besoins du troupeau doivent être assurés tout au long de l’année. La croissance de l’herbe est cependant à forte saisonnalité. L’alimentation implique dès lors la constitution des stocks et le report de consommation intra-annuel, voire sur le début de l’année suivante pour des formes de conservation. Cette contrainte sera d’autant plus aigüe que les effets du climat réduisent les possibilités de consommation directe ou de constitution de stock. Elle s’accentuera encore si l’hiver est particulièrement rude et long, ce qui accélère les ruptures de stocks, sans parler de la succession rapprochée d’épisodes secs qui outre un effet sur les disponibilités alimentaires altère la valeur agronomique des herbages par dégradation de la flore. 

Il est recommandé d’agir au moyen de plusieurs leviers d’intervention et de les combiner, de les intensifier ou de les compléter en fonction de l’évolution de la situation. 

LES THEMATIQUES : 

1. Gérer la prairie

2. Redécouvrir ou découvrir des espèces adaptées 

3. Implanter des cultures dérobées

4. Transition avec de nouvelles espèces